La levée du corps

2018

I *

A jamais je suis intimidée

La peur fut mon chantier et mon affiliation
Prudence mère de peur et nulle vacance
qu’elle ne s’y loge
A chaque relais de poste je change de monture
Peur-mère qui me blase
Ogre tirade déroule son fil parque
Et prend Pégase.

Sang que l’on verse mal et en vain
Peur impure pensée magique

La confrontation seule me rassure et je n’ai de repos. Chaque jour
je remets mon titre en jeu
Plutôt que la clef dans le dos
Je résiste à son désir alvéole

II

Dans le grand dans le petit
C’est l’élégie de répétition
Dans la nuit élucubre
Comme l’écho malotru d’une discipline
Se confiner ou fuir

Exercice amoébé
de ceux qui savent vivre sans rien déranger.

Le grand éclaire le petit
Liberté bonnet b

Un acte de suie avait rangé ma chambre
(On est toutes les personnes de son rêve. Sigmund Freud. Approximativement)

III

La peur est mon terrain
Pépie mésange mauvais ange
A moi ! A moi ! car je suis vôtre
O compagnons du réalgar

Mon dos désarrondi crie
et j’envoie à l’ire des baisers de bile.

Plutôt que le martyre-oison
Plutôt que ce tombeau d’osier

Maintenant réarçonnée
Va, va et protagonise.

Constance. Lumen.

*

Diane diane
Diane dans mon ventre
Souvenir lambin qui me bêche si fort.

Comme le duc de Guise, une honte
plus grande morte que vivante
et ses retours en cape
ses erreurs d’une amertume brodante

Honte qui bat la campagne qui fait le fléau

A la levée du corps, elle remplace le dégoût.

*

Treize et ma vie alors se végétalisa.

Dans l’alcôve de frustration je dessinais des arbres
bec petit bec
l’enfant débile fondait une puissante maison
– l’enfant débile débarqué de sa roture
refaisait l’Histoire
je mariais j’engendrais
je le fuyais je le fuyais

C’est moi c’est moi
ce n’était pas moi
majorette et fiston

Le passé me traitait mieux me conférait
Le sens qu’a ce qui est accompli

Attendre était ma force
attendre attendre en météore

(Achillée Millefeuille
Bardane Bourrache
Parallèlement je cherchais du goût et de la vertu
à l’eau. Grotesque propre à cet âge.)

Arbre en Y autre fiction
et titulus souverain
de bois sec et de sève
Donne donne Docteur le bois de malheur.

*

Enterrer sans regarder
enterrer sans endeuiller
et partir en fille pressée
hyper erreur d’inattention

Bientôt le mort agite ses clefs
fantôme tatillon
panthère phobie bien chevauchée
gouaches et flashs : démembrée

Cairn
Je comprends maintenant
l’encens, les reliques, les motifs votifs

Thrène entraîne thrène emmène
mon père mon père